Notre voyage en voilier

Notre voyage en voilier

2011-06-26 De St-Jean-Port-Joli à Tadoussac

JOUR 76 – VERS LE SAGUENAY  
De St-Jean-Port-Joli à la Marina de Cap à l’Aigle – Fleuve St-Laurent

Samedi le 25 juin 2011
Température : 14oC –  Nuageux et pluie
Distance parcourue aujourd’hui : 29.0 mn (départ à 3h30 am – arrivée à 7h00)
Distance parcourue depuis notre départ de La Baie : 5,223 mn

Vent : Sud-est 5 nœuds –St-Laurent calme
Position : N 47 39.792  W 070 05.771

Bonjour, c’est la Mousseline qui vous parle J

Naviguer la nuit… encore une peur que je dois vaincre.  On quitte le quai de St-Jean-Port-Joli à 3h30 du matin, il fait encore très noir.  Je suis un peu inquiète mais mon capitaine a toute ma confiance, je m’abandonne et je prends mon poste de Mousseline, seconde en chef J.  Je suis sur le pont avant et j’éclaire au spot afin de repérer le brise-lame, tout va bien.  On navigue maintenant dans le fleuve, il n’y a pas de vent, tout est calme.  On est habillé comme des oignons, incluant la tuque et les gants.

MOT DU CAPITAINE ET DU NAVIGATEUR

Décidément, nous n'avons pas de chance pour la météo. Vendredi soir, Environnement Canada a remis l'avertissement de vents forts. Comme ça fait deux fois qu'on perd notre chance à cause de mauvaises prédictions, nous décidons de faire avec notre instinct: si en se levant, il n'y a pas de vent, on part, sinon on se recouche. Pendant la nuit, le vent a soufflé deux petites fois pour faire vibrer un peu le mat. Ensuite plus rien.

Mon ami de la marina me dit de partir à 2h30 (nuit) alors que moi, selon les tables de courants, je devrais partir à 4 heures ou 5 heures. Pendant la nuit, mon instinct me dit de se grouiller. Je me lève à 3h00 et pousse la mousseline hors du lit pour qu'elle m'appuie dans ma décision. Il n'y a pas de vent mais va-t-il se lever pour donner raison à Environnement Canada? D’un commun accord, nous décidons de quitter St-Jean-Port-Joli.

Deux routes sont possibles : la traverse St-Roch et le chenal du milieu.  Après une heure de navigation, je dois décider de la route.  Le vent est faible et la nuit calme, je suis mon instinct et reste dans la traverse St-Roch.  La vitesse augmente rapidement, c’est impressionnant. L'Interrompue se fait propulser à 11.7 nœuds.  En moins de temps qu’il faut pour le dire, la traverse St-Rock est passée et nous arrivons dans le chenal du nord, là où passe les gros navires et cargos.  On se dirige vers Cap-aux-Oies.  Nous avons maintenant la moitié du chemin de fait vers Cap-à-l'Aigle. La vitesse redescend vers les 8 et 9 nœuds.

4h15 Près de l’Île-aux-Coudres : Le jour se lève sous une épaisse couche de nuages, la pluie avance tranquillement vers nous. Un gros bateau nous dépasse au large, le vent est toujours faible.  

Ciel menaçant !

Nous arrivons à Cap-à-l'Aigle à 7 heures très contents de notre décision et de notre performance.  La marina est encore fermée.  On s’accoste au quai, on branche le fils électrique, allumons la chaufferette pour chasser l’humidité et on se love sous la couette pour une sieste de quelques heures, bien méritée. 

Toujours JOUR 76
De marina Cap à l’Aigle à Tadoussac – Fleuve St-Laurent
Samedi le 25 juin 2011

Midi, on largue les amarres du quai de Cap à l’Aigle en direction de Tadoussac.  Une fine pluie s’abat sur nous, comme pour nous montrer la tristesse du monde face au mauvais temps qui sévit. Il ne fait que 13oC, sur le fleuve, c’est comme si c’était sous zéro !

Citronnette qu’on l’aime notre Québec, même s’il fait frette.

MOT DU CAPITAINE (suite)

Je prépare la route pour Tadoussac et comme le vent est toujours faible, nous décidons de partir à la marée haute à midi (12h00).

Que de beautés ! 

Nous naviguons confortablement jusqu'à St-Siméon à mi-chemin et là, ça se gâte.  Le vent forci à environ 15 nœuds et s'oppose au courant formant ainsi le clapot redouté.  Nous progressons bien mais il fait froid et les embruns sont plus menaçants.  

Les embrunts…

On ne dérange pas le capitaine, c’est du sérieux la navigation dans le fleuve.

Nous arrivons enfin à la Toupie, à l'étale de basse mer, prêts pour la renverse de courant qui va nous aider à remonter l'embouchure du Saguenay jusqu'à Tadoussac.  

La vue de la Toupie nous donne beaucoup d'émotions. Elle signifie la porte ouverte pour entrer chez-nous.  C’est l’heure d’un rhum, le pire est fait !  À Tadoussac, nous nous considérons dans notre milieu de vie. Nos amis de Gaïa sont entrés dans leur rivière Nicolet, nos amis du Mousse VI sont entrés dans leur rivière St-Maurice et nous entrons dans notre rivière Saguenay, notre Fjord qui nous conduit dans notre royaume du Saguenay-Lac St-Jean.

La toupie – Haut-fond Prince

18 heures : Nous arrivons enfin à Tadoussac.  Quel plaisir de voir cette magnifique baie, même sous le ciel gris et la froideur.  Je sais, vous penserez sûrement que je radote mais, on est tellement content d’être arrivé à Tadoussac. Nous sommes presque chez-nous. J

Baie de Tadoussac – Citronette qu’on est contents d’être là !

Un prochain blog vous informera des détails de notre arrivée officielle.



26/06/2011
5 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres