Notre voyage en voilier

Notre voyage en voilier

2011-06-22 - St-Jean-Port-Joli

JOUR 73 – VERS LE SAGUENAY  
Du Centre nautique Lévy à St-Jean-Port-Joli – Fleuve St-Laurent

Mercredi le 22 juin 2011
Température : 21oC –  Ciel bleu, soleil
Distance parcourue aujourd’hui : 47.9 mn (départ à 6h, arrivée à 13h45)
Distance parcourue depuis notre départ de La Baie : 5,194 mn

Vent : Nord-est 10/15 nœuds – Vagues dans le nez…
Position : N 47 12.909  W 070 16.480

Bonjour à tous et toutes,

C’est la mousseline qui vous parle J.  

Nous avons quitté la Centre nautique Lévy ce matin à 6 heures.  Notre objectif de la journée est Cap à l’Aigle.  Nous avons un faible vent du nord-est en plein dans le nez, ce qui veut dire que nous faisons encore du moteur…  Toujours est-il que nous sommes très heureux de naviguer sur le fleuve St-Laurent, plan d’eau qui nous rapproche de notre Saguenay.    Le temps est ensoleillé mais frais… ce matin, c’est un maigre 16oC qui oblige le port du mustang pour se tenir au chaud.

Québec au petit matin

Plus la journée avance, plus le vent forcit.  Les vagues sont cassantes et rendent la navigation inconfortable.  Nous approchons St-Jean-Port-Joli ; il reste encore 30 milles avant Cap à l’Aigle, c’est trop.   Réjean décide d’arrêter pour la nuit car n’oublions pas que nous faisons de la navigation de plaisance et là, ce n’est pas plaisant du tout.  En plus, le bateau fait un bruit qui inquiète le Capitaine.

Mot du capitaine

Un bruit et une vibration semble venir de l’axe de l’hélice. Peut-être, l’anode ou l’hélice ou le coupe-orin, je dois plonger pour le sentir car à un pied sous la surface, c’est le noir total. Je ne trouve rien de dérangé. Je fouille dans les coffres à la recherche de morceaux quelconques qui vibrent sur la coque.  Après quelques plongeons, je ne trouve rien d’évident. 

On est loin de l’eau turquoise des Bahamas… plonger dans cette eau grise, c’est vraiment pas ragoûtant… même si la couleur fait penser au ragoût…

Il est peu probable que nous partions demain car les prédictions météos ne sont pas favorables. Des vents forts du nord-est sont annoncés pour demain alors, on devra donc attendre ...  à ce moment-ci du voyage, disons que ma patience commence à être à l’épreuve.   Selon le dicton, « patience est mère de sûreté ».   

Plusieurs lecteurs nous ont demandé la date et l’heure de notre arrivée.  Nous aimerions vous le dire dès maintenant mais, nous sommes à la merci de madame météo, c’est elle qui décide.  Dès que faire ce peut, je vous informerez de notre arrivée à La Baie par le biais du blog.

Retour en arrière…

Mardi, nous avons navigué de Trois-Rivières à Québec sous un beau soleil.  Une navigation facile et vraiment rapide, compte tenu de la distance parcourue et de la vitesse de fond que nous avions : 8 heures de navigation pour faire 65 milles à une vitesse moyenne de 8 nœuds !  Un peu plus, on manquait l’entrée du Centre nautique Lévy tellement le courant était fort. J

Québec est une étape psychologique importante du voyage. Nous sommes à deux HEURES et des poussières (en voiture) et cinq JOURS de navigation de notre chez-nous.  Je sais, le voilier est le moyen le plus lent du monde pour se déplacer…

Citronnette qu’on était content de voir les ponts …

Le pont de Québec et le pont Pierre-Laporte superposés.  Nous étions vraiment fiers de passer en dessous !

14h45 - Nous arrivons au Centre nautique Lévy où nous avons eu le grand bonheur de rencontrer quelques membres de la famille Desmeules qui habitent Québec.  Après avoir amarré L’Interrompue et vaqué à nos tâches obligatoires, nous attendions patiemment notre visite, assis sur le banc à surveiller le stationnement J.  

Encore une fois, ce fut de belles retrouvailles !  Y’avait de la fébrilité dans l’air.  Nous avions tellement de choses à nous dire !  Mais, dite-moi, comment raconter les émotions d’une année en quelques heures ?  

Bibiane (sœur), Réjean, Benoît (frère) et Micheline sa femme

Benoit, Bibiane, Micheline et moi qui pose fièrement avec eux.

Bibiane et Robert son mari

Dimanche dernier, nous avons mouillés juste à côté du catamaran Gaïa sur la rivière Nicolet.  Les chanceux sont arrivés chez-eux. 

Nous les avions quittés à Elisabeth City il y a plus d’un mois.  Le monde est petit, vive les retrouvailles !

Retrouvailles avec Guylaine.  Le Mousse VI est arrivé chez lui, à Trois-Rivières.



22/06/2011
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres