Notre voyage en voilier

Notre voyage en voilier

2011-05-27 Du Maryland au New Jersey

JOUR 46 – VERS LE SAGUENAY

TRAVERSÉE DE LA DELAWARE

Chesapeake City, Maryland à Cape May, New Jersey
Jeudi le 26 mai 2011
Température : 26oC – Ensoleillé
Distance parcourue aujourd'hui : 67.2 mn, 5.4 moyenne (départ à 5h50, arrivée à 18h10)
Vents : Sud : Au moins 20 nœuds (moteur et grande voile avec un ris)
Position : N 38 57.035  W 074 53.147

Les jours de suivent mais ne se ressemblent pas.  Les baies se suivent mais ne se ressemblent pas non plus !  La baie de Chesapeake fut calme et extrêmement facile et la baie de Delaware ben…  Voici un résumé de notre traversée de la Baie de Delaware, selon la Mousseline :

Une Delaware capricieuse, L'Interrompue dissipé, une Mousseline nauséeuse et un Capitaine stressé…  Bref, une longue journée qu'on s'empressera d'oublier.

Lever du soleil – Au départ de Chesapeake City

Mot du navigateur

Selon les dires, la traversée de la Delaware Bay est toujours un peu « difficile ».  D'ailleurs en anglais on dit qu'elle est « nasty ».  Je dirais plutôt qu'elle est une « hostie » de baie. 

Pour profiter du courant de marée, il fallait partir à 6 heures ce matin de Chesepeake City et 2 heures plus tard, on entre dans la Delaware avec un courant qui monte progressivement pour pousser le bateau.  Jusque là, tout va bien.  Le problème était le vent ; il venait du sud.  Ça ce n'est pas bon car on l'a dans le nez.  Mais j'ai pensé qu'il était de 5 à 10 nœuds, or il est monté jusqu'à 20 nœuds.  En plus la vague était de 2 à 3 pieds et certaines de plus de 4 pieds si bien que le bateau montait presqu'à la verticale (j'exagère un brin, bien sûr) et la vitesse chutait à 2 à 3 nœuds. J'ai mis la grande voile avec un ris et je prenais des bords.   La vitesse atteignait 7 nœuds mais pas dans la bonne direction.

Finalement, dans l'après-midi, la courroie d'alternateur du moteur s'est brisée.  J'ai dû la changer en panique et vérifier la surchauffe possible du moteur.  Le tachymètre du moteur lui, a tout simplement décidé d'arrêter de fonctionner, la belle affaire !

Nous sommes arrivés à notre mouillage 12 heures et 20 minutes plus tard, vers 18h10.   Une journée dégueulasse mais au moins la Delaware est passée après 67 milles dans la machine à laver.

Le Capi

Nous sommes arrivés à notre mouillage de Cape May complètement vidés, mouillés à cause des embruns et affamés (comment cuisiner dans un bateau qui se balade de haut en bas et de gauche à droite ?).   Après avoir rangé le bateau (qui était sans dessus-dessous à cause de Monsieur Éole et de Madame Vague), j'ai préparé un bon repas réconfort : des saucisses, de la choucroute et des pommes de terre rissolées aux oignons.  Réjean y a fait honneur et ne s'est pas fait prier pour passer à l'étape suivante : douche et dodo bien mérité. J

Nous resterons à Cape May deux jours.  Si la météo est favorable, nous devrions prendre la mer en direction de New York dimanche.  D'ici là, nous ferons l'avitaillement en bouffe, eau et diesel ; Cape May étant notre dernière station près de l'océan, nous prendrons aussi le temps d'aller sur la plage faire nos adieux terrestres à la mer.   

Voici quelques photos de notre court, mais combien agréable, séjour à Chesapeake City.

Be bye…

Au quai public gratuit de Chesapeake City, nous étions à l'épaule du Mousse car le quai était plein.  Merci à nos amis.

Très joli parc à proximité du quai.

Le petit centre-ville de Chesapeake City compte plusieurs maisons, commerce et boutiques bicentenaires, très bien restaurées.  Elles ont gardé le cachet de l'époque. 

Maison restaurée en déclin de bois. 

Il y a même un magasin général où l'on trouve de véritables trésors d'artisanats.

On a terminé cette journée torride (il a fait plus de 34o C à l'ombre) à la terrasse du restaurant de la marina.  Nous y avons pris un excellent repas avec nos amis René et Guylaine.

Après le repas, un groupe de trois musiciens plus qu'excellents nous a fait danser au son des années 70.  Le jeune guitariste blond (trouver l'erreur) de 55 ans J était éblouissant tellement il maîtrisait son instrument.  Une soirée magique, très chaude, qui s'est terminée sous le signe du bonheur.  Vive le précieux présent ! 

 

 



27/05/2011
8 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres