Notre voyage en voilier

Notre voyage en voilier

2011-05-07 De Swansboro à Oriental - Capitale de la voile Caroline du Nord

JOUR 27 – VERS LE SAGUENAY

INTRACOASTAL – De Wrightsville Beach à Swansboro Caroline du nord
Vendredi le 6 mai 2011
Température : 24oC –  Ensoleillé AM – Nuageux et pluie pour le reste de la journée 18oC
Vents : Sud-est 15 nœuds
Distance parcourue : 50.9 mn (départ à 7h du pont, arrivé à 15h45 à la marina)
Position : N 34 40.806  W 077 06.736

Où que tu sois, bonne fête maman d'amour !

Debout à 6h15 – Le moteur ronronne déjà.  Réjean s'affaire à tout préparer pour notre départ.  Après 6 jours à Wrightsville, même si nous avons été très occupés avec l'installation du moteur sur Gaïa, on a la bougeotte.  Nous levons l'ancre à 6h30 et on se dirige lentement vers le pont-tournant. Nous sommes huit bateaux à attendre l'ouverture de 7h.  Il y a entre autres Gaïa, tout heureux de naviguer avec un moteur tout neuf et le Mousse VI.  Le soleil brille et la journée s'annonce très belle.  Comparativement à hier, la température est plus confortable, un beau 17oC. 

Je ne sais pas si c'est l'approche du Québec qui se fait ressentir jusqu'ici mais nous avons présentement un front froid qui s'abat sur la région.  La nuit dernière, le thermomètre est descendu à 12oC, grrr c'est pas chaud ;  On a fermé les écoutilles et sorti le gros sac de couchage pour terminer la nuit.  On se sent loin de la Floride, encore plus des Bahamas.  Température obligeant, nous avons donc ressorti les gros habits « Mustang », tuques et gants car sur l'eau, c'est encore moins chaud.

À voir son habillement, se croirait presque sur le fleuve.

Notre navigation d'aujourd'hui nous mènera Swansboro.  Certains se souviendront que nous y avons passé trois jours au début de novembre dernier, lorsque le moteur de L'Interrompue était brisé…   Nous irons à la même marina, car le service est vraiment super et une place à quai ne coûte que 0,75 $ du pied.  Nous quitterons nos amis du Mousse VI et Gaïa qui eux mouilleront l'ancre à Camp Lejeune, 15 milles plus tôt.  Nous nous retrouverons à nouveau tous les trois à Oriental, demain en fin de la journée.

Nous continuons notre navigation, voile/moteur, à une vitesse moyenne de 5.5 nœuds.  Le soleil qui nous accompagne depuis le matin nous réchauffe rapidement.  À midi le thermomètre indique 23oC, on en profite car vers 13h30 le ciel s'ennuage et la pluie menace de tomber.

Nous arrivons à la marina de Swansboro à 15h40.  Le comité d'accueil de cette marina nous impressionne encore ; il y a trois jeunes hommes pour accoster L'Interrompue, tout un service. On sécurise le bateau, ajuste les gardes et installe le fil pour l'alimentation électrique et les nuages se décident à cracher leur venin.  Nous sommes bien heureux d'être bien attachés au quai de la marina.  Les vents sont toujours présents et la pluie tombera toute la soirée.

Ce soir, nous sortons seuls tous les deux, en amoureux.  Mon bel amour m'invite au beau restaurant du village.  Le jeune homme aux yeux d'un bleu hallucinants nous conduira au restaurant car la pluie tombe toujours.  Un autre service gratuit, offert par la marina Dudley. Le restaurant a bonne réputation et aux dires du personnel de la marina, ils y servent d'excellents fruits de mer et poissons.  L'aspect physique du bâtiment est bien mais sans plus.  L'éclairage est légèrement feutré et la décoration est précaire, seuls quelques cadres au thème marin sont accrochés et on retrouve aussi le fameux trophée des pêcheurs, un gros merlin bleu empaillé, suspendu sur le mur de la table voisine à la nôtre.  On s'installe sur la banquette d'une  petite table à deux et on consulte le menu ; on a l'embarra du choix J. 

Bien qu'elle ait atteint la quarantaine avancée, qu'elle soit attentionnée et soucieuse de donner un bon service, notre serveuse (la pauvre) n'a aucune expérience dans ce genre de travail.  Les erreurs se sont succédées les unes après les autres, ce qui a drôlement agrémenté notre soirée… Je me permets de vous raconter  un de ces moments cocasses.

Bon, après avoir consulté le menu et la carte des vins, Martha (appelons-la ainsi) nous apporte le vin blanc, dans un sceau de refroidissement, qu'elle foute sur la table d'une main tout en plaçant nos deux verres de l'autre, vlan !  Elle tourne les talons et repart sans l'ouvrir.  On se regarde avec un sourire, constatant que nous devrons faire le service nous même, sans la dégustation.  Réjean prend la bouteille et je m'aperçois que ce n'est pas le vin que j'ai commandé, ça commence bien.  Martha revient, se confond en excuses et repart chercher la bonne bouteille.  Débute alors sa laborieuse tentative à retirer le plastique qui recouvre le bouchon… J  Je dois préciser que pendant qu'elle essaie de l'ouvrir, la bouteille est toujours placée dans le sceau de réfrigération, déjà là, ce n'est pas évident J Après une longue minute de déchiquetage, elle finit par y arriver. 

Par la suite, le bouchon vivra une expérience assez traumatisante !  La pauvre Martha nous avoue qu'elle n'a jamais ouvert une bouteille de sa vie ! (on l'avait deviné)  Nous la rassurons et en lui disant de prendre son temps.  C'est à ce moment que l'envie me prend de lui venir en aide (avec la quantité de bouteilles de vins que j'ai avalés depuis ma majorité, tous s'entendront pour dire que j'ai de l'expérience J) mais, ne voulant pas la blesser, je me retiens et tourne ma langue 48 fois J.  C'est alors que Réjean lui dit « je vais vous montrer »…  et il lui fait une démonstration.  Mal à l'aise et un peu gênée, Martha nous remercie et elle décide de remplir les verres. Et je dis bien remplir !  J'ai bien failli pouffer de rire.   Notre dévouée serveuse remplit les deux verres, au rebord, et retourne à la cuisine !  Heureusement que le vin était bon car nous n'avons pas eu la chance d'en faire la dégustation J !   Je vous fais grâce du service des autres plats mais je vous assure que j'ai mangé le meilleur plat de fruits de mer de ma vie et que nous avons passé une soirée amusante !  

Deux heures plus tard, Martha a reçu un généreux pourboire, bien mérité et nous sommes revenus à la marina repus et heureux de notre soirée.  On nous a raccompagné en voiture de courtoisie, service offert par le restaurant ; ça c'est du service, n'est-ce pas ?  J'aurais aimé vous présenter notre serveuse mais je n'ai pas osé sortir mon appareil photo….

Demain, nous quitterons Swansboro en direction d'Oriental, toujours en Caroline du Nord.

 

JOUR 28 – VERS LE SAGUENAY

INTRACOASTAL – De Swansboro à Oriental Caroline du nord
Samedi le 7 mai 2011
Température : 26.5oC –  Ensoleillé
Vents : Nord 10/15 nœuds
Distance parcourue : 43.0 mn (départ à 6h45, arrivée à 14h)
Position : N 35 01.410  W 076 41.835

On a dormi comme des loirs, (sans GPS) bien attaché à notre quai.  La nuit a été d'un calme sans pareil.  La température était fraîche ; idéale pour dormir bien emmitouflés sous la couette.  Ça fait aujourd'hui 10 mois que nous vivons à bord de L'Interrompue et nous avons 3,786 milles nautiques de parcourus depuis notre départ, c'est quasiment incroyable !

Debout à 6h15.  La pluie d'hier a laissé place à un petit matin brumeux et plutôt frais, le thermomètre indique 13oC.  6h45 : Nous enfilons nos « Mustangs » et s'activons aux manœuvres pour quitter le quai de la marina.  La marée est à son plus bas et mon capitaine rejoint l'Intracoastal prudemment, le chenal l'y menant étant étroit et peu profond. 

Paysage matinal brumeux.

Le soleil dissipe la brume et réchauffe le temps.

10 heures : La température grimpe à vue d'œil, de 13 à 19oC.  Le vent du nord qui gonflait le génois à notre départ ce matin est tombé d'un seul coup.  Nous naviguons maintenant au moteur dans un Intracoastal très achalandé.  Nous sommes samedi, les pêcheurs de fin de semaine sortent s'amuser.

Ouais, je ne pense pas porter mon maillot de bain aujourd'hui…. mais la température change vite ici.

Pont de Beaufort

13h30 : À l'approche d'Oriental, le Capi me demande d'installer les amarres et les défenses au cas où il y aurait de la place au quai public gratuit.  J'ai à peine le temps de tout installer que nous arrivons.  On s'approche du quai public mais il n'y a pas de place, d'un côté, un gros bateau à moteur utilise les 50 pieds disponibles et de l'autre, deux petites embarcations à moteur. Nous jetons donc l'ancre pas très loin, près de la marina.  Nous serons à l'abri du courant et des vagues.   Pour une rare fois, nous sommes les premiers arrivés, le Mousse VI n'est pas encore là !

Maintenant que nous sommes bien ancrés, Réjean s'ouvre une petite bière qu'il déguste sous le bimini, profitant de la chaleur et des 24oC qui nous sont offert.

Notre mouillage - Le quai public se trouve près de la bâtisse au toit rouge.

15h50 : Je suis en train de lire mon roman lorsque j'aperçois qu'un côté du quai public s'est libéré.  Réjean part le moteur, remonte l'ancre et je dirige le bateau vers le quai.  Nous avons juste assez d'eau sous la quille pour que l'Interrompue flotte J.  La marée est d'environ deux pieds alors, lorsqu'elle baissera, la quille s'enfoncera solidement dans la boue et nous dormirons comme si nous étions à terre.

Voici quelques photos de l'endroit où nous passerons la nuit.   À moins de 50 pieds, il y a la rue, les restaurants et la ville

 

 On a une petite place à quai

À côté du village, des restaurants et des épiceries



07/05/2011
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres