Notre voyage en voilier

Notre voyage en voilier

2011-03-14 De Goergetown à Staniel Cay

JOUR 85 – AUX BAHAMAS

De Georgetown (Great Exuma Island) à Little Farmer Island
Vendredi le 11 mars 2011
Température : 28oC – Ensoleillée et ciel bleu mur à mur AM –
24oC en PM, début du front froid
Vents : Sud-Est 5 nœuds AM – Tourne au nord-est 15/20 nœuds PM
Distance parcourue : 47.5 mn (départ à 6h30 arrivée à 16h)
Position : N 23 57.650  W 076 19.124

Bonjour à tous et toutes,

C’est le grand jour du départ de Georgetown.  Mon capitaine est fébrile et heureux de lever l’ancre.  Il n’est que 6h15 et il s’active à préparer L’Interrompue à la navigation qui s’en vient.  J’ai juste le temps de mettre le pied hors du lit que j’entends le moteur ronronner et la chaîne de l’ancre se lever.  Nous entreprenons maintenant notre voyage vers le nord en compagnie du Mousse IV, René et Guylaine qui, eux aussi, débute leur voyage de retour vers le Québec.

C’est un beau jour qui débute, la journée s’annonce belle, le vent est presque nul.  Le moteur ronronne de joie à l’idée de naviguer sur les flots.  Notre navigation se fera au moteur vu que le vent est presque nul ; au revoir Georgetown, au revoir la communauté de plaisanciers que nous avons fréquentée depuis les deux derniers mois. Notre séjour ici fut un réel plaisir mais il est plus que temps que nous bougions.

9h30 : Un léger vent se lève ; Réjean hisse la grande voile et jette sa ligne à l’eau.  Nous naviguons du côté de la mer, dans environ 150 pieds d’eau alors nous avons une chance qu’un poisson morde à l’hameçon.   

9h45 : Ça y est, le poisson mord à l’hameçon et Réjean le grimpe dans le bateau.  Il s’agit un beau thon de 20 pouces (selon notre livre, c’est un Blackfin Tuna), suffisamment gros pour nourrir quatre personnes ; nous partagerons avec nos amis du Mousse IV.  Un bon souper en vue J.

Poisson "Bluefin Tuna" pêché par Réjean

11 heures : Le vent souffle de plus en plus fort, direction nord-est à 15 nœuds.  L’Interrompue l’a en plein nez.  Les vagues qui se forment et rendent la navigation de moins en moins confortable.  La matinée n’annonçait aucunement ce temps.

Midi : Nous naviguons face au vent, des vagues d’environ 4 pieds sont formées et ralentissent considérablement L’Interrompue.  On est pas rendus L.    Nous avançons à 2,9 nœuds… Le Mousse, dont la vitesse de croisière est d’environ 8 à 9 nœuds est sûrement rendu à destination.

13h15 : Mon capitaine décide de changer le cap et prendre une « cut » avant celle de Farmer (Cut = une passe qui permet de passer de la mer au banc, à l’abri des vagues).  Bonne décision car la navigation est pénible.  

L’accès à la « cut » est difficile, les vagues sont courtes, cassantes et vont dans toutes les directions.  Nous sommes comme une paire de chaussettes qui se fait brasser dans la machine à laver ; on se fait brasser dans tous les sens.  Ça y est, mon ordinateur qui était pourtant en sécurité sur la table à cartes vient de foutre le camp par terre !  Mon capitaine tient L’Interrompue de mains de maître et franchit la cut.  Nous sommes à présent sur le banc, la vague est diminuée du ¾ mais ce n’est pas encore très confortable.

Nous sommes à environ 8 milles nautiques de Little Farmer Cay.   Nous avons maintenant les vagues de travers et arriva ce qui doit arriver quand on oublie de verrouiller le frigo… Il vient de s’ouvrir et se vide complètement de son contenu !  Ça va pas bien… J’essaie tant bien que mal de replacer le tout mais, il se vide à mesure que je le remplisL.  Bon, il ne manquait plus que ça,  j’ai la nausée, je crois que je vais vomir !  Rien ne va plus, je dois sortir dehors.  Je laisse le « stock » sur le plancher et je sors prendre l’air ; au diable le ramassage, je ferai ça lorsque nous serons rendus.  On arrive finalement à Little Farmer, il est 16h et on retrouve le Mousse sagement ancré. 

En soirée, les vents sont encore présents.  Nous devrons surveiller l’ancrage car la tenue ne semble pas super.  À 19 h, mon capitaine prend son quart de repos et va roupiller quelques heures pendant que je fais le guet.  Tout va bien jusqu’à 22h15, moment où je m’aperçois que L’Interrompue n’est qu’à 2 ou 3 pieds du Mousse.  Réjean pousse sur Le Mousse avec la gaffe et démarre le moteur pour que l’on s’éloigne.  Heureusement, il n’y a aucun dégât ; juste un René sur le pont qui surveille lui aussi que rien n’arrive à son bateau.  

C’est maintenant à Réjean de faire le guet jusqu’à 3h du matin.  La nuit a été plus calme, les vents ont diminués.  À 3h, mon capitaine se recouche et je le remplace jusqu’à 6 heures ce matin.   Quelle nuit ! Rien à voir avec le mouillage calme de Georgetown où nous avons dormis comme des loirs pendant deux mois.

MOT DU CAPITAINE

Encore un mauvais mouillage, mais je m’en doutais. La zone de mouillage est située dans le canal de l’île Little Farmer. À cet endroit, la mer formée entre dans la « cut » et produit un clapot et la marée produit un courant dans un sens et dans l’autre. Lorsque l’ancre est mouillée, le bateau se positionne selon le courant et aussi selon le vent. Ainsi, le bateau tourne autour de l’ancre dans toutes les directions. Lorsque la marée est devenue haute à l’étale notre bateau est allé dans une direction et celui de René, Le Mousse, est allé à sa rencontre. C’est pour ça que je devais surveiller le mouillage pendant toute la nuit et ma mousseline a partagé les quarts. Après minuit, comme d’habitude ici aux Bahamas, le vent est devenu plus fort si bien que la composante marée n’avait presque plus d’effet. Alors tous les bateaux se sont positionnés dans le vent. La prochaine fois nous éviterons ces mouillages dans les abords des passes « cuts » et sinon nous mouillerons  deux ancres ou prendrons un tangon « mooring ball ».

JOUR 86 – AUX BAHAMAS

De Little Farmer Island à Little Bay
Samedi le 12 mars 2011
Température : 23oC – Ensoleillée et passages nuageux
Vents : Nord nord-est 20 nœuds – Arrivée d’un front froid
Distance parcourue :  11.8 mn (départ à 8h30 arrivée à 11h)
Position : N 24 04.790  W 076 23.240

Avec la nuit que l’on vient de passer, pas question de rester plus longtemps ici.  8h30 on lève l’ancre et c’est un départ pour Little Bay où nous serons plus abrités contre les vents du nord.   Le Mousse et son équipage désancre aussi. 

La journée est ensoleillée mais beaucoup plus fraîche que ce que nous avons l’habitude d’avoir comme température.  (Outre la mer et le bleu turquoise de l’eau, on se croirait facilement à Saguenay , le coupe-vent est de mise !)  Il y a un vent nord nord-est à 20 nœuds.  Nous naviguons sur le banc en compagnie du Mousse en direction de Black Point.  Il y a de courtes vagues d’environ 1 pied, nous avons le vent dans le nez alors, on fait toute la route au moteur, pas de voile pour aujourd’hui. 

Nous recevons un appel VHF du Mousse ; il croit apercevoir nos amis du catamaran Gaïa J.  Réjean fait un appel radio et, à notre grande surprise, Gaïa répond !  Ils sont tout près, à Little Bay (près de Black Pointe). Nous allons donc le retrouver et s’ancrons tout près d’eux avec le Mousse.  Quelle belle surprise que de les retrouver aussi rapidement.  

Après une petite visite de nos amis Gaïa en dinghy, on s’entend pour aller à terre avec eux et le Mousse, histoire de se dégourdir les jambes et voir où nous amènera la toute petite route que nous apercevons.  Il ne semble pas y avoir beaucoup d’âmes qui vivent ici…. 

11h30 – Réjean mange une bouchée et va prendre quelques heures de repos bien méritées.  Un bon dodo avant notre balade dans l’Île lui fera le plus grand bien. Il a veillé presque toute la nuit alors, ce repos est le bienvenu.

Paysages rocailleux et magnifiques - Little Bay (près de Black Point) - Réjean, Louis et René

Et oui, je porte un chandail chaud... c'est frisquet aujourd'hui

Plage près de notre mouillage - BIen à l'abrité des vents du nord-est

Nous resterons qu’une nuit ici et dès demain, nous reprendrons la navigation à la voile, en direction de Staniel Kay, île où nous avons mouillé à la fin de décembre mais que nous n’avons pas visitée. 

 

JOUR 87 – AUX BAHAMAS

De Little Bay à Big Majors Spot
Dimanche le 13 mars 2011
Température : 26oC – Nuageux AM – Ensoleillée en PM
Vents : Nord-est 15 nœuds
Distance parcourue :  11 mn (départ à 9h arrivée à 11h30)
Position : N 24 10.975  W 076 27.568

Quelle bonne nuit J, très reposante et plus que méritée, après la nuit dernière passée à veiller l’ancre.  On s’est ouvert les yeux à 7h45 ce matin, frais et dispos !

Nous levons l’ancre de Little Bay à 9 heures.   Nous avons un beau petit vent qui favorise la navigation à la voile alors, on en profite.  Le ciel est couvert en partie, le temps est frais, un maigre 22oC, mais il aura vite fait de se réchauffer si le soleil se montre la binette au court de la journée.

Nous n’avons pas une longue route à faire, seulement 11 milles nautiques, et on compte bien profiter au maximum de ce beau vent pour s’amuser à faire de la voile.  D’ailleurs, nous faisons tout le trajet à la voile et mon capitaine prend vraiment plaisir à naviguer.  Nos amis de Gaïa et du Mousse IV sont arrivés bien avant nous au mouillage de Big Major Spots.

Après s’être restauré un peu, Réjean met l’Écho II à l’eau et nous partons en compagnie de nos amis dans le village de Staniel Cay.  Quel bel après-midi !  Dès que nous arrivons au quai du village, je suis ébahie par la couleur de l’eau cristalline.  En plus, nous avons droit à tout un spectacle.  On dirait bien que nous regardons un aquarium à ciel ouvert.  Dans l’eau près du quai, là où l’Écho II est amarré, nous pouvons admirer huit ou neuf requins et deux raies qui nagent en toute quiétude.  C’est capotant à voir, comme si nous étions à l’aquarium de Nassau !

Requin qui nage près du quai à dinghy...  Impressionnant, croyez-moi !

Requin et une raie...

Les requins se tiennent près des quais.  Remarquez dans le coin inférieur gauche, c'est l'échelle que nous utilisons pour grimper sur le quai.

 

Il fait beau, chaud et l’île est merveilleusement belle.  La végétation est fournie, fleurie et les couleurs sont vives.  Jusqu’à maintenant, je crois que c’est la plus belle des îles que nous avons visitées.  Nous avons marchés plus de deux heures dans les petites rues Staniel.  Nous terminons notre après-midi au resto-bar de la marina où nous sirotons une bonne Kalik bien fraîche. On ne peut mieux, non ?  Charmante cette îles !

Nadine, Louis, moi et Réjean devant un magnifique arbre fleuris.

Bateaux mouillés près du village

Nadine, Réjean, René et Louis - Au resto-bar de la marina de Staniel Cay 

 



14/03/2011
7 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres