Notre voyage en voilier

Notre voyage en voilier

2011-01-15 - Georgetown qui fait penser à Georges

JOUR 28 – AUX BAHAMAS

Georgetown – Exhumas Island Mouillage de Volley-ball Beach
Jeudi le 13 janvier 2011
Température : 23oC Nuageux, ciel gris…
Vents : Nord-Est 20/25 nœuds   
Distance parcourue aujourd’hui : Aucun déplacement
Position : N 23 31033  W 075 45.415

Bonjour à tous et toutes, c’est la mousseline qui vous parle J,

Tout d’abord, je tiens à vous rappeler que si les blogs sont moins fréquents, ce n’est pas par manque d’intérêt de ma part.  C’est plutôt que l’accès à Internet est vraiment difficile et que souvent, le signal est très faible.

Les derniers jours ont été plus que magnifiques et la température variait entre 27oC et 30oC et le ciel était bleu bleu bleu.  Nous remarquons qu’habituellement, une bande de nuages vient cintrer l’horizon à la fin de la journée et presque toutes les nuits sont étoilées.  

Ce matin, le temps s’est rafraichit.  Il ne faut pas oublier que c’est l’hiver pour les bahamiens et l’hiver, ce sont les fronts froids qui arrivent, les uns après les autres.  La nuit dernière, les vents ont débutés et un front froid vient d’arriver à Georgetown.  Nous aurons des vents d’environ 20/25 nœuds pour les trois prochains jours.  Présentement la température a chutée de 8oC et se maintient à 23oC. 

Le front froid qui vient d’arriver apporte un ciel gris et beaucoup de vent.

Ça fait maintenant cinq jours que nous sommes arrivés à Georgetown et on commence à connaître les lieux.  Il y a plusieurs possibilités de mouillages ici, l’endroit est parfait pour se protéger des vents forts lorsqu’il y a des fronts froids qui passent.  Nous sommes présentement mouillés à Volley-Ball Beach et nous sommes bien abrités contre les vents nord-est qui soufflent présentement.  Bon, le voilier se balance un peu de gauche à droite mais rien de majeur.  L’éolienne nous fournit plein d’énergie alors, on ne se plaint pas.

Nous sommes mouillés à moins de 3 minutes en Écho II de Lee Stocking Island alors, on peut aller marcher, se dégourdir les jambes et explorer à notre guise.

Notre mouillage près de Volley-Ball Beach

Ce midi, il y a un dîner de « femmes » organisé à la marina.  Nous serons plus de 50 femmes anglophones et francophones, provenant des bateaux présentement mouillés ici à Georgetown, à y assister.  Ce sera l’occasion idéale de faire de nouvelles connaissances.  Pendant ce temps, les hommes se rassemblent au « Chat and Chill Resto » pour placoter ensemble comme dans le bon vieux temps des tavernes, sauf qu’au lieu d’être dans endroit emboucané et fermé, ils sont sur une terrasse et le décor c’est la plage.

MOT DU PLAISANCIER.

 

Georgetown, Bahamas : La ville de Georges.

Georges, c'est mon amiral.  C'est avec lui que je peux parler de bateau, de navigation, de « pina colada »... sans arrêter de rire et de s'amuser.  C'est lui qui a toujours rêvé de bateau, de mers chaudes, de baignade, de plage, etc. Pourtant, il n'a pas toujours eu la chance de se retrouver dans ces endroits idylliques comme c'est le cas pour moi. C'est à lui particulièrement que je dédie ce mot du plaisancier.

Nous sommes partis de Staniel Cay situé à une quarantaine de milles nautiques de Georgetown. Nous y avons passé une dure nuit à surveiller le mouillage par des vents violents et des orages plus ou moins lointains. L'ancre a très bien tenu.  Mais, il est difficile de dormir avec une tempête de vents qui sifflent dans les cordages et les haubans et le bateau qui se trémousse au bout de sa chaîne. 

Au lendemain, on oublie vite cette mauvaise nuit et nous partons vers la mer en direction de Georgetown, but de notre voyage. Pour se rendre à la mer qu'on appelle Exumas Sound, il faut passer par une « cut » qu'on appelle « inlet » aux USA, qu'on appelle « passe » par chez nous.  C'est un passage étroit, souvent profond, avec du courant et la vague de la mer qui s'y engouffre.  Nous passons au travers sans difficultés et nous nous retrouvons dans la mer.

Le vent est portant et chaud.  Le soleil brille et la mer est indigo.  Les vagues sont de 2 à 3 pieds.  Je hisse la grande voile et le génois à leur pleine grandeur.  Le bateau s'appuie sur le vent et l'eau. J'arrête le moteur et le bateau atteint sa vitesse de coque (6 nœuds).  Nous naviguons au son du vent, des vagues et du soleil.  Il ne fait pas grand bruit, lui, mais il nous incite à chanter.

C'est dans cet état de pleine relaxation que nous passons une grande partie de la journée. En après-midi, nous entrons dans une autre « cut » pour aller mouiller dans une baie pour y passer la nuit. Elle fut fort bonne.

Le lendemain, le soleil est toujours là, le vent est plus léger. Nous sortons en mer par une autre « cut » et encore à la voile, nous nous dirigeons sur Georgetown.  Un poisson vient se prendre à mon leurre.  Je le hisse à bord pour l'identifier.  Je le connais ce poisson et dans l'eau je sais déjà que c'est un barracuda qui retournera chez-lui.  Ce soir, nous mangerons du thon... en boîte J.

Nous arrivons à la Counch Cut qui nous fait passer de la mer à la baie de Georgetown.  Elle est longue et nous pouvons continuer à la voile. Mais comme c'est un abri, le vent devient trop léger et nous continuons au moteur. Nous arrivons au mouillage de la ville de Georges J.  Il y a plein de bateaux (plus de 100) qui flottent au-dessus du vide dans cette eau turquoise.  Le fond est à 10-15 pieds et il est de sable.

Après avoir mouillé l'ancre, on reçoit un appel radio de nos amis connus lors de notre navigation.  Les retrouvailles se font sur L'Interrompue, sans préparation et dans une bonne humeur contagieuse.  Nous sommes six personnes à bord à déguster bières et rhum sous le bimini.  Le 5 à 7 est plutôt un 2 à 5.  L'accueil est formidable. Nous passons une bonne nuit.

Le lendemain, nous traversons la baie en Écho II (15 minutes de traversée) pour aller faire connaissance avec la ville de Georgetown.  Quel beau coin agréable.  Les gens sont sympathiques, la vue sur l'eau est imprenable.  

À notre arrivée à Georgetown

Après quelques achats de première nécessité (rhum et jus d'ananas), nous retournons au bateau pour débarquer ensuite sur la « Volleyball Beach où nous rencontrons encore pleins d'amis.

Georges, c'est ta ville, et c'est en pensant à toi que j'y séjournerai.

Réjean 

Quelques heures à la plage avec les amis

 

 Johanne du voilier Monelisa

Manon (Potion Magique), Christine (Albatros) Roger et Johanne (Monelisa)

J'ai trouvé une toute petite étoile de mer, minus...

C’est la mousseline qui reprend ici…

À Georgetown, comme dans la plupart des îles, c’est le « Boat Mail » qui apporte toutes les fournitures incluant la nourriture pour tous les commerces.  Habituellement, c’est le mercredi que les tablettes se remplissent et tous viennent y faire l’approvisionnement, incluant le propane…  La ville grouille de monde qui font leur emplette.  On fait comme tout le monde et mercredi matin, on s’est dirigé en Écho II en ville faire nos emplettes, incluant le propane.

Tous font la file sous le chaud soleil, dans un stationnement vague et attendent patiemment que le camion de propane arrive.   Il vient une fois par semaine pour l’approvisionnement.   Après plus d’une heure d’attente, le camion arrive enfin.  On est loin du Rona… 

Le jeune homme fait le plein, une à une, de toutes les bonbonnes de propanne et ce, avec un beau grand sourire blanc !

Je n’ai jamais été aussi contente de voir un comptoir de fruits et légumes ! 

L’épicerie ressemble à un petit Axep ou Bonichoix.  On y retrouve tout ce que l’on a besoin mais le prix est un peu plus élevé que chez-nous. 

Rue de Georgetown

Rue de Georgetown (Johanne à gauche)

Exuma Markets (l'épicerie)

La Scotiabank

JOUR 29 – AUX BAHAMAS

Georgetown – Exhumas Island Mouillage de Volley-ball Beach
Vendredi le 14 janvier 2011
Température : 23oC  Nuageux
Vents : Nord-Est 20 nœuds   
Distance parcourue aujourd’hui : Aucun déplacement
Position : N 23 31033  W 075 45.415

Le front froid persiste mais tirera bientôt à sa fin.  Demain, les vents devraient diminuer de beaucoup et le soleil est prévu pour l’après-midi.  Ici, à notre mouillage, nous sommes très à l’abri des vents et des vagues mais de l’autre côté de l’île, les vagues de la mer sont très impressionnante. 

Notre mouillage entre Georgetown et Lee Stocking Island

Lors des journées de mauvais temps, je peux toujours m’occuper ; j’en profite pour faire du ménage dans le voilier et aussi écrire mon journal et les articles du blog. Pour Réjean, c’est une autre histoire, il n’a pas son garage pour aller y « bizouner ».  Mais ce matin, mon capi mécanicien a une idée qui lui trotte dans la tête.  L’autre jour, il a apprit que nos amis René et Guilaine du bateau Le Mousse ont un problème avec leur génératrice qui ne veut plus fonctionner.  Connaissant Réjean qui adore relever les défis, je savais qu’il irait faire son tour pour essayer de diagnostiquer le problème.  C’est ce matin que ça se passe.  Le voilà parti en Écho II en direction du malade…  Il revient après une petite heure le sourire aux lèvres, il a réussit à trouver le problème et la génératrice de René et Guylaine fonctionne J.

Mot du mécanicien

Lorsque j’ai vu la génératrice, j’ai vite réalisé que j’avais affaire à un vieux moteur fonctionnant avec des pointes. Les bougies ne faisaient pas d’étincelles. Alors j’ai bien regardé le manuel pour voir le circuit électrique et après quelques mesures de courant, j’ai compris que les pointes ne fermaient pas. J’ai redonné un second souffle au ressort et après remontage et vérification, le moteur fut tout heureux de reprendre vie. Évidemment, c’est une réparation temporaire car il faut changer les pointes. René va essayer d’en acheter Pour ceux qui s’y connaissent, c’est un moteur Onan 2 cylindres.

Renée (Le Mousse) bien heureux que sa génératrice soit réparée.

Le mécanicien à l'oeuvre et très heureux de se retrouver les mains dans la machine...

En après-midi, malgré les nuages et les vents, on profite de la proximité de Lee Stocking Island pour aller voir la mer et se dégourdir les jambes.  Nous partons avec l’Écho II jusqu’à la Marina St-Francis en compagnie de nos amis du Monelisa.   De là, on marche en direction du petit sentier qui nous mènera à la mer.  

Dans le sentier qui mène à la mer – Derrière Réjean, il y a notre mouillage bien à l’abri des vents

C’est fabuleux, il y a des kilomètres de plage à marcher ; le sable est fin et blanc. L’endroit est presque désert à l’exception d’un père et ses deux filles qui jouent dans les vagues.  D’ailleurs, avec le vent qu’il fait, les vagues sont impressionnantes.  Depuis Cape May nous n’avons pas nagé dans la mer, à part sur le banc des Bahamas et dans les petites baies où nous avons ancrés, bien évidemment.  Après une petite hésitation, Réjean décide d’enlever son gilet et se dirige vers la mer pour gouter l’effet et la forces des vagues sur son corps.  J’en profite pour prendre quelques photos car le panorama est très beau.

Les orteils à l’eau, un peu craintif… ok elle est de bonne température.

hummm, si au moins j’avais une planche pour aller surfer… j’pense que j’irais pas car les vagues sont trop grosses J.

Je vais au moins aller faire une saucette.

Vers 15h, on se retrouve sur le Monelisa pour le « 3 à 6 » et on dispute une partie de cartes avec jetons.  Nos jours de vacances avec nos bons amis Johanne et Roger sont comptés.  Nos chemins vont se séparés à Georgetown d’ici peu.  Le Monelisa prenda la mer vers la République Dominicaine et nous resterons ici, dans les Exhumas L.  Vous savez, quitter les amis c’est la partie la plus triste de notre voyage ; ils vont beaucoup nous manquer.

Roger et Johanne dans le sentier qui mène à la mer

De retour sur L’Interrompue, je cuisine des pâtes « coquilles » aux tomates, herbes, fromages et fèves de lima.  Un petit met facile à préparer plein de bonnes protéines.  Un met que Réjean va adorer… (hi hi hi.. il n’aime pas beaucoup les pâtes J)

On termine la soirée bien tranquille avec le vent qui souffle et fait tourner l’éolienne à son maximum.  J’y pense, pendant qu’on a plein d’énergie, pourquoi pas écouter un bon film sur l’écran géant de notre petit ordinateur portatif J.

À bientôt !



15/01/2011
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres