Notre voyage en voilier

Notre voyage en voilier

2010-11-19 Toute une journée !

JOUR 133 VERS LES BAHAMAS

Intracoastal Waterway – Fernandina Beach (Floride)

Vendredi, le 19 novembre 2010  Température 24oC –  Ensoleillé
Vents : Nord/ouest 15 nœuds
Distance parcourue aujourd'hui : Aucun déplacement
Position : N 31 10.192 W 081 24.683

Bonjour c'est la mousseline qui vous parle et aujourd'hui, je vais commencer mon récit par la fin de la journée car on est pas mal énervés par les derniers évènements.

Mise en situation

Réjean et moi sommes allés à terre après le dîner, histoire de voir le centre-ville, le vieux-Fernandina Beach. Après ma visite chez la coiffeuse, nous prenions ça relaxe, c'est tout de même notre journée de congé de navigation et de stress alors, on marche tranquillement dans les rues en prenant des photos et en flânant dans les boutiques.   Vers 15h, on a le choix de s'installer sur la terrasse du restaurant de la marina pour boire une bière ou d'aller la prendre confortablement à notre bateau.  On n'hésite pas longtemps et on se dirige avec notre Echo vers notre mouillage.  Et c'est là qu'un vendredi après-midi tout relaxe devient quasiment un cauchemar !!

Nous sommes partis du quai d'amarrage des Dinghys et on aperçoit Jean (du voilier My Ty) qui arrive, debout dans son dinghy, les bras en l'air.  Que ce passe-t-il donc ?  (nous avons craint le pire car sa femme était malade…)  mais non, il nous crie : VOTRE VOILIER EST PARTI À LA DÉRIVE !!!

Je crois que vous pouvez très bien imaginer notre expression et notre désarois à ce moment, c'est de notre maison que l'on parle ici... On sort donc de la marina (toujours avec notre Écho) et on avance vers notre mouillage… pas de bateau !  On l'aperçois au loin, à environ un kilomètre de l'endroit où on l'avait ancré et il semble dériver encore…  Jean s'est dirigé rapidement vers notre bateau car son embarcation est beaucoup plus rapide que la nôtre et nous le suivons lentement derrière.  Après un gros 5 ou 6 minutes d'Écho, on arrive à notre voilier et Réjean se précipite sur le pont pour vérifier si l'ancre est toujours là, si la chaîne s'est cassée ou autre !  C'est à n'y rien comprendre, tout est correct et l'ancre s'est raccrochée au fond… 

On démarre le moteur, remonte l'ancre et on revient à notre point de mouillage.  Mais là, pas question que Réjean passe la nuit debout à surveiller son ancrage, au non ! Il me dit : « on va s'accrocher à un « mooring ». (vous vous souvenez les tangons de Burlington ?)   On s'approche donc d'une boule blanche qui flotte et, plus chanceux que ça, tu meurs… il n'y a aucun cordage relié au tangon, juste une anneau.  Je me mets aux commandes pour suivre les instructions de mon Capi qui lui est sur le pont avant avec la gaffe et me dit : avance, recule, à gauche, à droite, etc… et il finit par accrocher le tangon avec la gaffe (perche).  Peine perdu, Réjean est à moitié sur le bateau et l'autre sur le tangon à essayer d'y accrocher une amarre.

Quand ça va mal, ça va mal !  Après trois ou quatre essais manqués (car le courant est fort et le déplacement du bateau pas évident…)  nous abandonnons l'idée.  Vient alors à notre rescousse un bon samaritain (tien tien…) québécois avec son fils et ils nous aident à nous accrocher au tangon.  Merci, merci, merci, cela vous sera rendu au centuple. 

Enfin, l'opération est réussie mais non sans peine.  Je sors mon costume d'infirmière (oubliez la jupette blanche et le décolleté plongeant ok ?) et je soigne les mains toutes sanglantes de mon Capi qui s'est blessé à plusieurs endroits en faisant ses manœuvres avec le tangon.   Ouff, il y a plus de sang que de blessures.  Tout n'est que superficiel et guérira avec mes bons soins et mon ingrédient magique J. 

Voilà à quoi ressemble une journée de congé à Fernandina Beach !  Pas très reposant, croyez-moi.  Nous serons tôt au lit ce soir, croyez moi. 

Tel que promis, je vous montre les photos que nous avons prises avant les deux incidents fâcheux.

Les rues de Fernandina Beach. 

Les pirates étaient les premiers à peupler Fernandina Beach en 1562... belle gang !

La marina

Ma nouvelle coupe de cheveux, plus de teinture.  La madame est naturelle, légèrement poivrée

Ils ont un petit air ressemblant, non ?

Un beau pélican s'est laissé approcher...

Nous quittons très tôt demain matin en direction St-Augustine.  Nous avons une grosse journée de navigation d'environ 10 heures à faire.  Nous espérons y retrouver quelques bateaux québécois avec qui nous avons fraternisés à Annapolis. 

À bientôt.



20/11/2010
10 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres