Notre voyage en voilier

Notre voyage en voilier

2010-11-07 - De la Caroline du nord à la Caroline du sud

JOUR 120 VERS LES BAHAMAS

Intracoastal Waterway –  De Swansboro à  Wrightsville (Caroline du nord)

Vendredi, le 5 novembre 2010  Température 18oC – Ensoleillé
Vents : Nord/ouest /1015 nœuds
Distance parcourue aujourd'hui : 51.4 mn – (Départ à 7h30, arrivée à 17h)
Position : N 34 12.4  W 077 47.6

Debout à 6h30.   La température extérieure est à 12oC.  Le ciel est nuageux mais il ne pleut pas.  Il est passé 7h, il fait encore noir ;  nous attendons que le jour se lève avant de quitter car le départ sera difficile.  Souvenez-vous que nous sommes accostés au quai de la marina et qu'il n'y a pas beaucoup d'eau. Il y a des bancs de sable à éviter et on ne sait pas trop où ils se trouvent.

7h30 : Après avoir consulté deux personnes différentes sur le chemin à prendre pour sortir de la marina, Réjean largue les amarres et je suis en place sur le pont avec la gaffe (perche) au cas où je devrais repousser le bateau, espérant ne pas avoir à m'en servir.  Nous avançons lentement et longeons le quai, comme si nous marchions sur le bout des pieds pour ne pas réveiller les hauts-fonds.  En moins de 5 minutes, nous sommes rendus dans le chenal J. Tout s'est très bien passé, aucun accrochage, c'est vraiment super ! 

Nous continuons notre route vers le sud, dans l'Intracoastal.  Ce que je vois est de toute beauté.  En fait, je vois des choses bien ordinaires qui deviennent extraordinaires, genre un grand héron perché sur le poteau qui nous regarde… ou un pélican qui déploie ses grandes ailes sous nos yeux égaillés de voir ces oiseaux exotiques…

C'est tellement beau, le soleil brille et illumine un long cours d'eau tranquille.  Du côté tribord (droit) il y a  de magnifiques maisons aux couleurs variés, avec de beaux aménagements paysagés soignés… palmiers et autres arbres exotiques décorent la cour arrière.  Leur derrière de maison me semble plus beau que le devant (j'imagine…).  Presque chaque maison a son quai où un bateau y est sagement rangé sur sa tablette, attendant la fin de semaine que le monsieur et la madame soient en congé pour en profiter. 

Maison cossue avec quai privé - bateau surélevé

Du côté bâbord, il y a une large bande de terre garnie d'une végétation telle que des herbes hautes à un moment, des arbres feuillus à d'autres et parfois on y voit du sable ; ce qui laisse deviner que la mer est au loin, juste derrière cette bande de terre.  L'odeur ne trompe pas non plus, on peut humer l'air salin et frais du matin, ça sent le propre, le frais, ça sent la liberté qu'offre l'océan.

Côté bâbord de l'Intracoastal

Nous avons le vent en plein dans le nez, ce n'est vraiment pas chaud, heureusement qu'il fait soleil.  Nous passons près du camp Lejeune, un camp d'entrainement militaire au tir ; c'est aussi un endroit de mouillage bien abrité.

12h20 – Nous arrivons au Suft City Bridge, deux autres bateaux y sont et attendent comme nous l'ouverture du « swing bridge ».  Nous avons 40 minutes à attendre...  13 heures arrive, nous passons le pont et continuons notre route.  Le soleil est toujours là et le temps encore frais. 

Swing bridge

L'après-midi s'est passé extrêmement vite. Nous avons vu plein de maisons quasiment des châteaux, tout le long du trajet.  Nous arrivons à notre mouillage à 17h.  C'est vraiment très beau.  Nous sommes juste à côté de l'océan !  Ça sent tellement bon. 

Maisons qui entourent notre mouillage – Remarquez comment les bateaux sont rangés – Le bateau est sur un quai qui soulève le voilier.

À peine l'ancre jeté, nous voyons le voilier Maturin II arriver J avec le catamaran Peace IV.  Nous les avons connus à Elyzabeth City.   Après un appel sur la radio, on s'entend pour une bière avec l'équipage du Maturin, (père/fils) sur L'Interrompue. Belle rencontre mais brève, le temps d'une bière car la nuit s'en vient et il nous faut vaquer à la préparation du bateau pour la navigation de demain matin et je dois préparer le souper… Au menu ce soir, jambon à l'ananas, pomme de terre rissolées et salade.  Dodo à 20h45, demain est vite arrivé et on lève l'ancre dès le lever du jour demain.

JOUR 121 VERS LES BAHAMAS

Intracoastal Waterway –  De Wrightsville (Caroline du nord)  à Calabash City (Caroline du sud)

Samedi, le 6 novembre 2010  Température 13oC – Ensoleillé avec petits nuages blancs.
Vents : Nord/ouest 15/20 nœuds
Distance parcourue aujourd'hui : 55.1 mn – (Départ à 6h50, arrivée à 17h30)
Position : N 33 52.4  W 078 34.2

6h30 – Le réveil sonne ; il fait encore noir.  Nous sortons du lit, la température extérieure est à 8oC.  De la fumée blanche sort de nos bouches lorsque l'on parle…  Sitôt habillés, on reçoit un appel sur la VHF du « Maturin II ».  La météo n'est pas favorable pour leur navigation prévue en mer.  Ils nous informent que nous ferons la route ensemble dans l'Intracoastal. 

Nous levons donc l'ancre à 6h50 et quittons notre mouillage en compagnie de Maturin II et du catamaran « Peace IV ». La capitaine de ce dernier nous informe que nous ne prenons pas la bonne route et que nous allons nous rallonger. Réjean maintient sa route et finalement, Peace IV nous rejoindra beaucoup plus tard.

10h30 – La navigation va bon train.  Nous sommes dans une passe qui mène vers la mer.  Nous avons un bon vent qui nous permet de dérouler le génois, ce qui propulse L'Interrompue à 7.4 nœuds.  Le temps est frais, le soleil est là et nous avons la compagnie de deux dauphins qui nagent juste à côté de nous.  Désolé, je n'ai pas été chercher l'appareil photo.  Ces mammifères sont trop vîtes et disparaissent le temps de le dire alors cette fois, j'ai profité du spectacle.

15h15 – Nous sommes présentement près du « Sunset Beach Pontoon Bridge » et attendons son ouverture qui est prévu pour 16 h.  En fait, nous sommes environ 15 bateaux, à voile et à moteur qui attendent. 

Ce pont, ou plutôt la partie centrale du pont en question, est une barge sur laquelle la route est tracée : le pont flotte ! À l'approche des bateaux, le Bridge master retire la barge en la faisant flotter de côté et, lorsque les bateaux sont passés, il la replace dans sa position originale.  La circulation routière peut alors reprendre son cours.  C'est apparemment le dernier en fonction sur la côte est des É.-U.

Le pont (ponton) ouvert.  L'opérateur du pont est dans partie centrale, la cabane blanche (barge).

Présentement, la marée est au plus bas et ce sont de grandes marées.  La marée est donc exceptionnellement basse, à -0.1 pied.  La tension est à son plus haut, mon capitaine doit garder le bateau en plein centre de l'Intracoastal qui, je vous le rappelle, n'a présentement que 6 à 8 pieds de profond sur une largeur de moins de 60 pieds… ça ne donne pas une grande marge de manœuvre… l'échouement est omniprésent à tout moment.  La preuve est que le bateau remorqueur de Tow Boat US est ici, tout près du pont et surveille si l'un des bateaux qui attend aura besoin ses services.   On espère tous que non.

Tow Boat qui attend le prochain client…

Remarquer le mur de remblai en bois qui protège le terrassement de la maison.  Habituellement l'eau vient toucher la partie supérieure du mur.  Regardez où comment l'eau est basse…

Marée basse de l'Intracoastal – Le niveau d'eau est tellement bas que le ponton qui ne touche plus l'eau

Arriva malheureusement ce que nous redoutions… L'Interrompue avec son 5,5 pieds de tirant d'eau vient de s'échouer L  On dirait que l'eau ne cesse de baisser.  Mon Capitaine « zigonne » sa transmission d'avant, d'arrière, tourne à gauche, tourne à droite et finit par creuser un sillon pour que la quille puisse sortir de l'impasse, ouff…  si ce pont peut finalement ouvrir que l'on puisse avancer. 

Finalement, à 16h15, le pont (ton) est finalement ouvert et nous passons. Sitôt passé, nous devons entrer dans la « Little River » pour rejoindre notre mouillage à Calabash Creek.  Et c'est là que l'on change d'état. De la Caroline du Nord, on passe à la Caroline du Sud. Là encore, le niveau d'eau est à son minimum, moins de 6 pieds et le tirant d'eau de L'Interrompue et de 5,5 pieds… L  Mon capitaine commence à trouver ça « fatiguant »…  Nous suivons prudemment les bouées qui indiquent le chenal pour entrer dans la creek, encore une fois, sur la pointe des pieds… et bang, on touche le fond !  Le bateau s'arrête d'un coup sec.  Heureusement, il s'agit d'un fond sablonneux et le Capi réussit à nous sortir de l'impasse.  On continue prudemment, lentement en direction de la bouée rouge et bang, on touche encore le fond.  Coudon, pourquoi y a-t-il des routes marines aussi peu profondes ?  Ou, pourquoi n'avons-nous pas un bateau avec un tirant d'eau de 2 ou 3 pieds ? Telles sont les questions qui nous passent par la tête, avons-nous le bon bateau pour faire ce voyage dans l'Intracoastal ???   

Bon, le Capi nous sort à nouveau de l'impasse et on arrive à notre mouillage. L'endroit est pas mal plein… on déniche une petite place entre deux bateaux à moteur mais l'ancre ne veut pas accrocher.  Après deux ou trois essais, Réjean remonte l'ancre et pense à rejoindre la marina qui est à 4 milles d'ici.  Soudain, nous voyons une personne qui agite la main sur son voilier, elle nous fait signe de nous mettre à l'épaule de son voilier.  Quelle chance J !  Nous acceptons avec empressement car la nuit est sur le point de tomber.  Nous sortons les défenses et amarres et le gentil couple canadien de Toronto nous aide à attacher les amarres à leur bateau.  Ces bons samaritains se nomment Ann et Peter du voilier « Spice of Life ».  Peter est d'origine allemande et la dame, canadienne, parle un tout petit peu le « française » J.  Nous échangeons une poignée de main et entrons chacun dans notre bateau car le froid commence à gagner nos os et la faim tiraille nos estomacs. 

L'Interrompue à l'épaule du Spice of Life

Nous avons eu toute une journée, forte en émotions mais finalement, avec la bonté de ce couple, cette journée finit très bien.  

Après un bon souper, nous regagnons notre couchette car le départ demain se fera à la première heure du jour.

Bonne nuit.

JOUR 122 VERS LES BAHAMAS

Intracoastal Waterway –  De Calabash City à Georgetown (Caroline du sud)

Dimanche, le 7 novembre 2010  Température 14oC – Ensoleillé
Vents : Nord 20 nœuds
Distance parcourue aujourd'hui : 55.4 mn – (Départ à 6h40, arrivée à 15h30)
Position : N 33 21.7  W 079 16.8

Ça fait quatre mois aujourd'hui que nous sommes sur le voilier, quatre mois que nous vivons ensemble, quatre mois que l'on échange nos joies, nos peines et nos peurs.  Quatre mois que je vis un merveilleux voyage riche en émotions de toutes sortes.

Ce matin, c'est très froid, la température extérieure est à 4oC, Réjean et moi sommes un peu découragés. Nous sommes quand même rendus en Caroline du SUD…

7 heures : Toujours aussi attentionné à mon endroit, mon amoureux installe la chaufferette pour que l'habitacle soit confortable à mon lever, 15 minutes plus tard que lui J.   

7h30, le moteur ronronne. Mais tout est faut. Le GPS annonce que nous sommes revenus à l'heure normale. Alors le lever était à 6 heures et le démarrage du moteur à 6h30. Réjean détache les amarres qui nous retiennent au « Spice of Life ».  Peter nous salut, détache la dernière amarre et nous souhaite bonne route. Pendant ce temps, j'essuie L'Interrompue de toutes les gouttelettes qui perle au dessus de la couchette…

6h40 : Nous quittons timidement le mouillage.  La sortie jusqu'à l'Intracoastal se fait à merveille J.  J'ai juste le temps de préparer un café chaud que nous arrivons au début d'une zone de danger. « Avertissement : de grosses roches émergent de l'eau ; Gardez le centre du chenal » !  Bon, c'est quoi ça encore, mon capitaine est plutôt inquiet.  Nous suivons (au cul) un autre voilier et faisons attention à ne pas sortir du chenal.  De plus, la marée est à son plus haut, on ne voit donc pas ces fameux « cailloux » qui longent l'Intracoastal.  Pour couronner le tout, nous croisons deux bateaux échoués et abandonnés ; ils ont probablement touchés un de ces fameux cailloux et ont eu juste le temps de s'approcher de la rive avant de couler… L 

Pauv'ti - Bateaéchoué et coulé

Passer cette zone,  la navigation reprend son cours normal.  La profondeur de l'eau est varie de 17 à 19 pieds, mon Capi est vraiment content, il se trouve gâté à comparer à hier… Le paysage est vraiment très beau.  Il y a de plus en plus de palmiers, d'arbres exotiques et les maisons sont de plus en plus grosses.  C'est comme si on se promenait dans un quartier résidentiel de personne riches.  De chaque côté, nous retrouvons de magnifique résidences, toutes plus belles les unes que les autres.

Nous arrivons à notre mouillage de Georgetown à 15h30 et avons l'heureuse surprise de retrouver le voilier québécois Paradox I (Alain et Suzie).  Nous mouillons juste à côté de leur bateau. 

Nous resterons au moins deux nuits à Georgetown, le temps de faire l'avitaillement du bateau et que mon capitaine prenne un peu de repos (bien mérité).

À bientôt !



08/11/2010
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres