Notre voyage en voilier

Notre voyage en voilier

2010-09-23 - Annapolis - Jour 3

JOUR 79 VERS LES BAHAMAS – Annapolis (Maryland) 3e jour

Jeudi le 23 septembre 2010– Température, 33o C.  Ciel bleu mur à mur.  Vents nuls.  Toujours à la même position : N 39 16.7 W 076 34.9

Bonjour, c’est la mousseline qui vous parle.

Debout à 7h30 : Nous déjeunons dehors, sous le beau soleil matinal, il fait déjà chaud.  Nous essuyons le cockpit car il y a eu tout un orage hier soir !   L’activité principale aujourd’hui sera la lessive et l’exploration d’Annapolis. 

La mésaventure de la lessive.

10h.  Nous partons avec notre Écho, le sac de linge ainsi qu’un bidon d’eau à remplir.  J’apporte aussi mon sac à dos contenant le nécessaire pour prendre une douche à la marina, le temps que le lavage se fasse.  Nous amarrons l’Écho sur le bord d’un quai, entre deux bateaux. Réjean prend un soin particulier afin que l’Écho ne bouge pas, qu’elle ne touche pas aux beaux gros bateaux… On ne veut surtout pas se mettre les plaisanciers à dos. 

Endroit où nous amarrons l'Écho.  Rampe d'accès derrière

Nous montons donc sur le quai et sitôt le pied à terre sur le terrain de la marina, un gars en VUS nous aborde assez sèchement merci.  Il nous dit :  « c’est vous qui venez juste d’arriver avec votre dinghy ???  Nous avons les bras chargés avec nos sacs, c’est assez évident, mettons….  On a pas le temps de répondre qu’il nous (garoche) : « Vous devez vous enregistrer pour accéder aux services, vous êtes vous enregistré ? L’avez-vous fait ?... Simonaque (pardon pour mon mauvais langage) on a même pas le temps de répondre aux questions, le gars est pompé ben raide contre nous et en plus, il nous parle comme si nous étions des voleurs ou des bons à rien.  Très frustrant ! 

Explication de la situation : C’est que d’un point de vue marina, les bateaux au mouillage ne sont vraiment pas payant pour eux.  Si l’on se compare aux gros bateaux à moteur qui paye le gros prix pour une place à quai et qui font le plein de 1500 litres de carburant à nous, qui n’achetons que quelques litres de diesel, deux sacs de glace, remplissons nos bouteilles d’eau…

Je finis par réussir à placer un mot et lui dire que étions justement en chemin pour aller nous inscrire, que nous n’avions pas l’intention d’utiliser la buanderie ou la douche sans autorisation…  Il me coupe la parole et dit : Allez vous inscrire, c’est au « main office » là-bas, et il s’en va s’en même nous regarder en faisant crisser ses pneus.  La madame n’était vraiment pas contente de se faire traiter de la sorte.

Nous partons donc en direction du bâtiment en question, nous croisons la bâtisse de la buanderie et des douches et continuons vers le magasin.  À ce moment, on entend derrière nous le fameux gars de tantôt qui se met à HURLER à tue tête.  « Aie, vous devez vous inscrire … et je vous fais grâce des autres mots car on a pas vraiment compris sa déblatération…  Nous tournons les talons et on se rend à la buanderie, là ou le gars nous criait après.  Je grimpe les marches et je dis à Réjean de me laisser lui parler, je suis en beau furie !   Rendu là, le gars s’est réfugié dans son beau gros bureau de boss et a laissé la secrétaire faire le sale boulot.  Elle m’explique gentiment que nous pouvons payer un droit d’accès à la journée ou à la semaine,  etc… Je me dépompe car elle est vraiment gentille et je n’ai pas à jeter mon dévolu sur elle alors que c’est le con de patron qui ne sait pas vivre.  Finalement,  j’achète une passe pour la journée (10$) et nous avons droit de faire notre lessive sans passer pour des voleurs… (en payant un montant additionnel de 2$ chaque brassée à laver et 2$ pour la sécheuse…) Bon, tournons la page, des cons, il y en a partout alors...

Midi : Nous retournons sur  L’Interrompue ranger notre linge propre et repartons en direction d’Annapolis pour explorer la ville.  Le centre-ville est à 10 minutes en Écho et environ 15 minutes de marche. 

Quai qui nous mène à terre

Je croyais que j’avais vu beaucoup de bateau en arrivant mais, j’étais loin de me douter qu’il y en avait autant.  Des milliers de bateaux, rien de moins.  Le centre-ville est charmant, plein de boutiques et restaurants qui ont tous un rapport avec la mer et la navigation.  Il y a même un service de mini-autobus électrique gratuit pour les touristes.  Nous embarquons et le chauffeur est tout heureux de nous dire les 4 mots de français qu’il connait J  Nous repérons le kiosque d’information touristique et prenons toutes les publicités qui nous permettrons de mieux connaître Annapolis.

15h : Il fait tellement chaud, c’est crevant !  La canicule (désolé pour ceux qui sont au froid).  Il n’y a pas un souffle de vent, le thermomètre indique 32oC (plus l’humidité).   Nous arrêtons sur une terrasse pour boire une bière.  À notre surprise, la serveuse nous apprend que nous devons manger pour « boire »…  Nous commandons donc une entrée de moules et une pizza, histoire de pouvoir boire notre bière J   Tout compte fait, nous considérons que ce dîner tardif nous servira de souper précoce. 

17 heures : Nous avons rendez-vous pour le 5 à 7 sur le bateau « Le Mousse » de René et Guylaine, des gens charmants.  Nous y retrouvons nos nouveaux amis du « Gaïa, Gusto Del Mar, Pierre-Hélène » et un nouveau venu, le voilier « Potion Magique » de Trois-Rivières.  La gang grossis !  Je me pose de sérieuses questions quand à la possibilité de faire un jour le 5 à 7 sur L’Interrompue J   Leur pont avant est plus grand que mon patio de maison !  Est ce que ça vous donne une idée de la grandeur du bateau ?  La rencontre est vraiment très agréable et se termine, comme prévu à 19 heures.

Sur le bateau "Le Mousse" de René et Guylaine

19 heures : Nous profitons de l’accès acheté à la marina pour faire un petit arrêt aux douches avant de retourner sur L’Interrompue.  Le charmant monsieur à la face de bœuf est parti ! 

19 h 30 : De retour chez nous, pas de souper à préparer, le repas de 15h est encore bien en place dans l’estomac.  Nous profitons de la chaude soirée de ce début d’automne (qui ressemble étrangement à la canicule de l’été chez nous).  Réjean attaque son nouveau livre historique sur l’histoire politique des É.U.  et j’en profite pour faire un peu d’Internet et travailler sur le blog.

Je crois que nous dormirons dehors ce soir, en compagnie de la pleine lune et du chant des criquets.  Il est 21h est la température est encore à 26oC.  C’est vraiment crevant dans le bateau !

A bientôt !

 



24/09/2010
5 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres