Notre voyage en voilier

Notre voyage en voilier

2010-09-20 - Chesapeake City à BALTIMORE

JOUR 73 VERS LES BAHAMAS – De Chesapeake City à Baltimore (Maryland)

MILLAGE FAIT DEPUIS NOTRE DEPART DE LA BAIE : 979,8 MN

Vendredi le 17 septembre 2010 – Température, 28o C.  Ciel bleu – Vents SO 10-15 nœuds – Position : Latitude N 39o 16,7 Longitude : W 076 o 34,9

Mot du navigateur.   À la demande de Simon-Mathieu et pour ceux qui veulent nous repérer sur Google Earth, nous allons indiquer notre position GPS en début de chaque article.

Debout à 6h30.  Aujourd’hui nous naviguerons une distance de 48 milles nautiques, jusqu’à Baltimore.

Départ de notre mouillage paisible de Chesapeake City

7 heures : Nous quittons Chesapeake City avec le soleil tout rond qui nous salut.  La journée s’annonce belle, il n’y a pas un souffle de vent.  Nous naviguons présentement dans le canal C & D qui lui nous mènera dans la « Chesapeake Bay ». 

10h15 : Rendu dans la Chesapeake Bay, le vent se lève J.  Le Capi déploie les voiles !  Nous sommes au près serré et gardons le moteur aussi.  Nous naviguons ainsi jusqu’à 14h30, juste avant de passer sous le pont de Baltimore. 

Pont de Baltimore

15h30 : Nous arrivons à Baltimore, il y a beaucoup de marina, nous repérons notre endroit de mouillage qui se situe en cœur de Baltimore, entre deux grosses marinas.  Nous mouillons l’ancre à 2 minutes en Écho du supermarché, du Star Buck’s Café.   

Vue aérienne.  Nous sommes à l'ancre près du gros bâtiment en bas au centre.

Le ciel est toujours bleu et, selon mon thermomètre biologique, la température est d’environ 26 ou 27oC.  Après avoir fait le plein de diesel et d’eau, nous faisons un tout petit 3 minutes d’Écho et débarquons.  Juste en face se trouve un attroupement de boutiques et restaurants et, heureusement pour nous, un Star Buck’s café.  Nous y prendrons nos messages et retournons  souper au bateau.  Demain, nous irons explorer cette ville.

Réjean est plutôt préoccupé par ses mautadites batteries qui ne semblent pas se charger correctement.  En tout cas… il fera la vérification demain. 

Dodo vers 21 heures, notre mouillage est vraiment très tranquille, pas de vague, pas de bruit non plus. 

JOUR 74 VERS LES BAHAMAS – Baltimore (Maryland) 2e jour.

Samedi le 18 septembre 2010 – Température, 30o C.  Ciel bleu, encore !

La nuit a été vraiment calme et reposante.  J’ai dormi comme un bébé dans l’utérus de sa mère J !

Je fais mes ablutions, j’écris mon journal et prépare un court article pour le blog.  Réjean fait de l’ordinateur aussi. Il est encore préoccupé par ses nouvelles batteries qui ne semblent pas fonctionner correctement.   Déjeuner et vaisselle pour moi.  Vu que notre mouillage est à 5 minutes en Écho de la ville, Réjean me reconduit au quai et je pourrai aller perdre mon temps dans les rues de Baltimore, faire de l’Internet, etc.  Pendant ce temps, il travaillera à trouver le problème des batteries… et fera l’entretien du bateau. 

Méduse - Tout en réparant les feux de route à la proue, Réjean capte une méduse qui regarde L'Interrompue.

10 heures : Je pars faire le tour du chat… je découvre où est le West Marine (très utile pour la mécanique du bateau) et un supermarché juste en face de notre mouillage.

Le supermarché est immense, il offre même le service Internet avec petites tables pour leur client ! On est vraiment loin des dépanneurs que nous avions à Fort Henry.  Je me branche, prends mes messages fait la conversation avec mon fils pendant plus d’une heure sur Skype J

Midi : Je retourne au bateau et Réjean m’apprend qu’il a un problème avec le moteur du bateau, il ne veut plus démarrer L.  Il semble vraiment inquiet ; c’est la catastrophe pour lui, et je le comprends.  Sans moteur, le voyage est compromis.  Mon Capi a vraiment la mine basse.  Je finis par le convaincre de tout laisser là pour aujourd’hui et d’aller se changer les idées en marchant dans les rues de Baltimore. Il fait vraiment beau, il accepte. 

Nous découvrons le Down Town qui grouille de vie et d’activités.  On dirait un peu le Vieux-Québec avec une architecture différente… le pavé est couvert de pierres.  Il y a des terrasses, restaurants et pubs et ils sont tous plein. C’est charmant et en plus, nous sommes en plein cœur des bateaux…

C’est de toute beauté.  Nous arpentons les rues du Vieux et regardons les bateaux.  Réjean est toujours aussi soucieux qu’au départ.  Je ne sais vraiment plus quoi inventer pour lui changer les idées « moteur ».

Le crabe bleu - Emblême de Baltimore

Finalement vers 15h, nous reprenons le chemin de la marina et arrêtons dans au restaurant « Captain James », réputé pour sa spécialité, le crabe bleu.  Il y a une terrasse à l’extérieur sur le bord de l’eau.  L’idée plait à Réjean, nous décidons donc de gouter le fameux « blue Crab » de Baltimore. 

Nous commandons six crabes (hyper épicés) et deux Corona avec lime.  Voici le portrait, la table (du genre pique-nique) est recouverte d’une nappe de gros papier brun, nous n’avons comme ustensiles qu’un couteau et un marteau de bois et un paquet de serviettes de papier.  Ah oui, j’oubliais, un grand sceau bleu !  La serveuse arrive avec les crabes et les dépose directement sur la nappe de papier !  Elle nous explique comment manger la « bête » sans la massacrer et nous fait une petite démonstration.  J’attaque mon crabe et je comprends immédiatement pourquoi le gros paquet de serviettes me regarde sur la table J et pourquoi le marteau… Il faut fesser solidement sur les pinces et elles se brisent facilement.  On peut alors y retirer la délicieuse chair fine.  Le sceau se rempli rapidement de toutes les écailles. C’est incroyable tellement c’est salissant à manger (car on mange avec les doigts).  Nous avons adoré notre expérience, c’était vraiment chouette.  Réjean a retrouvé un semblant d’intérêt et de sourire… Il semble lui aussi avoir apprécié l’expérience.

17h30 : Sitôt arrivé, Réjean fait un essai pour démarrer le moteur.  Moi, je prie silencieusement St-Antoine de l’aider à démarrer.  Et bien, il a ronronné comme un neuf !  Réjean était content mais pas complètement heureux.  Il lui reste à découvrir la cause de ce trouble !  Il taponne sur son moteur pendant plus de 30 minutes et fait une découverte.  Je le laisse vous expliquer.

MOT DU MÉCANICIEN.

Pendant que je modifiais le circuit électrique pour faire charger mes batteries neuves, j’ai dû démarrer le moteur 2 fois. Lorsque je l’ai arrêté la deuxième fois, un son de glou glou par normal venait du moteur. Je n’ai pas trop fait attention. Lorsque j’ai démarré pour la troisième fois, le moteur a carrément bloqué. Je n’avais pas d’autre chose à faire qu’à attendre et à me demander qu’est-ce qui cause le problème. Au retour d’Hélène, j’ai démarré avec le décompresseur plusieurs tours ensuite sans lui il a commencé à toussoter et finalement démarrer. À la fin de l’après-midi, j’ai fouiné dans le compartiment moteur et j’ai trouvé un clapet brise-vide qui était bouché. La conséquence était une accumulation d’eau dans l’échappement et dans un cylindre. J’ai réparé mais je vais acheter une autre pièce chez mon magasin préféré West Marine.

Nous faisons le 5 à 7.  Comme à chaque fois, j’ai une pensée pour Lise et Gilles.  Aujourd’hui c’est qu’ils adorent le crabe !  Au menu ce soir : Saumon grillé avec salsa aux tomates et aux oignons.

Nous resterons encore un jour ou deux à Baltimore, le temps que le bateau soit à nouveau bien en ordre, au goût de mon Capi.

Je vous laisse sur ces photos prises dimanche lors de notre visite du « Inner Harbour » où nous avons faits la visite de quatre bateaux musées, dont un sous-marin et un vieux bateau à voile 4 étages, avec canons.

 

Le bateau-taxi qui nous amène au "Inner Harbour"

À l'entrée du sous-marin musée

Le bateau-phare "Chesapeake"

La cloche de l'immense voilier trois mats 

Crabe bleu à sa sortie de l'eau  



20/09/2010
10 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres