Notre voyage en voilier

Notre voyage en voilier

2010-08-25 - L'ÉRECTION DU MÂT

Mot du skipper: Au revoir Waterford. Après 4 nuits à la même place, on a besoin de bouger. Le ciel est couvert mais on prévoit du beau temps demain. Même si les conditions de la rivière ne sont pas idéales nous décidons de partir car pour aller vers le sud il n'y a pas de problèmes. Nous faisons un pump out avant de partir, à 1 $ en le faisant soi-même, c'est une aubaine. Et nous quittons cette jolie petite ville très hospitalière.

 

Nous passons l'écluse de Troy et nous naviguons à 7 noeuds sur le fond car le courant de la rivière est assez important. Un peu plus loin, nous croisons un petit bateau du shériff.

 

Le bateau du Sheriff qui  nous aborde

 

Nous leur faisons un salut et ils nous répondent. Je dis à Hélène que c'est surprenant qu'ils ne nous arrêtent pas. Alors on continue, mais en hypocrite, sans me détourner, je demande à Hélène s'ils font demi-tour pour nous aborder. Mais non, mais on continue la surveillance. Ensuite Hélène me dit qu'ils ont tourné. Ah Ah. Je lui dis qu'ils vont nous arrêter. Mais ils nous suivent très lentement et nous continuons. C'est alors qu'Hélène me dit qu'ils accélèrent et viennent dans notre direction. Effectivement, ils s'approche et font un appel sur la VHF et me demande de transférer sur le 68. Ils me demande mon numéro de permis et sa date d'expiration. Je leur répond qu'on va chercher le permis. Pendant ce temps, ils me demandent où nous allons. Je réponds que nous allons aux Bahamas. Ils me demandent combien de personnes à bord. Je réponds 2. Ils me demandent si on ne pourrait pas en prendre une troisième. Et là on commence à rigoler. Je leur donne les informations et en français ils nous souhaitent bon voyage. On leur fait des saluts. Je savais que je me ferais arrêter un jour mais là, je dois admettre que ça été vraiment cool. Merci shériff d'avoir été gentils.

 

On continue la navigation dans la rivière Hudson. L'eau est dégueulasse. Elle est brune et n'invite pas à la baignade. Il y a des usines de chaque côté de la rivière et elle n'est pas large.

 

Par contre il y a de l'eau, au moins 30 pieds de profondeur. Maintenant, il faut penser au remâtage du bateau. Après 20 milles de navigation, nous arrivons à Castleton où on peut louer une grue et le faire soi-même. Sinon, il faut aller 20 autres milles plus loin et le faire faire par des professionnels. La première option est la moins chère, 50 $. La deuxième est 2 $ du pied de mât, soit 90 $. Le problème avec la première option, c'est que la marina est sur le bord de la rivière et il y a de la circulation maritime.

 

Pour monter le mât, il ne faut pas de vent, pas de vague, pas de grosse chaleur, pas de pluie, etc. Quand nous sommes arrivés à Castleton à 12h30, il n'y avait rien de cela. Donc les conditions étaient idéales.  Nous sommes arrêtés au quai, j'ai vérifié comment opérer la grue et je suis allé m'informer. Charmant accueil par un vieux monsieur qui aimait placer des mots français dans sa conversation. Je paie donc les services et Hélène et moi décidons de faire le travail immédiatement, les conditions étant trop belles. Il fallait tout de même trouver un grutier. Comme aucun ne s'est présenté, Hélène a accepté de remplir le poste. Maintenant, en plus de toutes ses qualifications, elle est diplômée en opération de grue 101.

 

Réjean qui s'affaire à tout détacher

 

 

L'érection du mât

 

Et ça monte...

 

Il est maintenant en place

 

Tout s'est très bien passé et après 2 heures, le mât était debout, les haubans ajustés et la grande voile en place. Ce fut une belle érection.

 

L'Installation de la grande voile

 

Après, nous sommes allés de l'autre côté de la rivière pour s'amarrer à un tangon. Le monsieur le louait 5 $ la nuit, une aubaine. Mais il faut dire que le train passe à toutes les demis-heures en faisant siffler le sifflet. Mais nous sommes tellement contents d'avoir retrouver notre voilier qu'on peut bien dormir au son du sifflet. Pour fêter tout ça, nous mangeons un spaghetti tunisien arrosé bien sûr d'un bon rouge.

 

À bientôt.



27/08/2010
8 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres