Notre voyage en voilier

Notre voyage en voilier

2010-08-23 - Mot du chef de mission

JOUR 49 VERS LES BAHAMAS : Waterford, état de New York

Lundi, le 23 août 2010

Température 22oC - Ciel tout gris, pluie intermittente  

Vents : NE 15km/h

Distance parcourue depuis notre départ : 597 milles nautiques

 

 

MOT DU CHEF DE MISSION

 

GÉOGRAPHIE:

 

En quittant le lac Champlain, nous avons navigué dans le canal Champlain. C'est un cours d'eau beaucoup plus étroit que le lac qui nous amène après une journée de navigation de beau temps à une première écluse, « Lock 12 ». Elle nous élève à la ville de Whitehall où nous sommes restés une nuit.

Quai public de Whitehall où nous avons passé la nuit. 

 

Le lendemain, nous avons continué la navigation jusqu'à Fort Edward en passant par les écluses 11 et 9 qui nous élèvent et les écluses 8 et 7 qui nous abaissent à Fort Edward. Que doit-on comprendre lorsque nous sommes entre la 9 et la 8? Que c'est le point le plus haut ? Je ne sais pas, je n'ai pas vu de lac ou de rivière qui seraient une alimentation en eau. En tout cas, à Fort Edward, nous y sommes passés également une nuit. Il faut dire que le village, même s'il était plus propre que Whitehall, n'avait pas grand chose à nous offrir, sauf un poivron vert et du jus de pruneaux. Il a fallu souper à l'américaine et allant se commander une pizza mais nous l'avons commandé végétarienne. Pour la visite du fameux fort Edward, oubliez-ça, il n'existe plus.

 

Le lendemain, nous avons continué le canal Champlain, en partant de l'écluse 7 qui, je l'ai appris, est le début de notre navigation dans la rivière Hudson. C'est à ce moment là qu'il faut se méfier des bouées latérales vertes et rouges qui s'inversent de côté. En effet, selon ce balisage, nous nous dirigeons vers la mer (New-York). Avant, on s'éloignait de la mer (Fleuve St-Laurent). Et nous avons passé les écluses 6, 5, 4, 3, 2 et 1 pour un total de 11 écluses, la numéro 10 n'existant pas. Elles nous ont toutes abaissés de niveau jusqu'à la ville de Waterford où nous sommes présentement.

 

Waterford - Bâtisse où nous pouvons aller se doucher à deux pas de L'Interrompue

 

Ici, nous sommes à l'intersection du canal Champlain et du canal Érié qui se rend vers l'ouest jusqu'au grand lac du même nom. Ce canal a aussi un embranchement qui mène au grand lac Ontario par le canal Oswego. Ceux qui ont des bateaux caboteurs et qui aiment la navigation calme ont un magnifique réseau de voies navigables dans ces canaux de l'état de New-York.

 

Pour la suite de notre voyage, demain nous passerons l'écluse de Troy qui est à 2 milles environ et qui se trouve à être l'écluse 1 du canal Érié.  Nous, nous sommes amarrés juste au pied de l'écluse 2 du canal Érié. Ensuite nous naviguerons dans la rivière Hudson proprement dite (pas d'écluse) jusqu'à New-York. Ça représente une distance de 130 milles ou 1 à 2 semaines.

 

UN PEU D'HISTOIRE :

 

Ça peut sembler curieux d'avoir le nom Champlain en plein pays américain. Mais les voyages formant la jeunesse, nous savions déjà que notre explorateur français Samuel de Champlain était parti de Honfleur en France pour faire ses voyages de découvertes et fonder la ville de Québec. Honfleur est une très jolie ville de Normandie qui a été épargné par la deuxième guerre. Lorsque nous y sommes allés, deux ans passés, il y avait même un kiosque dédié au Québec.

 

Alors Samuel est allé plus loin que Québec. Il s'est rendu dans le lac qui porte son nom et même plus loin. C'est là que les Anglais sont venus faire du trouble. Ils ont fait la guerre aux Français dans les années 1775 et les américains (comme les canadiens français) ont repoussé les anglais. Nous, on a perdu mais les américains leur ont donné une dégelée sur le lac Champlain près de l'Île Valcourt et les ont repoussés au Canada. Depuis ce temps, les Français ont sacré leur camp et nous, on est pogné avec les Anglais. C'est ici qu'on met fin au canal Champlain et à la présence des Français en sol américain.

 

LA NAVIGATION DANS LES ÉCLUSES :

 

Naviguer dans le canal Champlain est très facile. Il suffit de rester au centre de la voie navigable et lorsqu'il y a des bouées, de rester à l'intérieur de celles-ci selon leur couleur. La profondeur d'eau varie entre 12 et 16 pieds et de temps en temps à 25 pieds. Mais, malheureusement, il arrive aussi que la profondeur approche 8 et 9 pieds, et c'est là que je viens sur les dents. On ne sait jamais quand il y aura une bosse de boue pour embrasser la quille. Mais tout s'est bien déroulé. Les eaux sont calmes et le paysage souvent monotone.

 

L'éclusage est toujours un peu stressant. Même si je suis à l'aise dans les écluses, il arrive des incidents. À l'écluse no 11, le vent arrière poussait le bateau. Je l'ai freiné au moteur mais en même temps qu'Hélène tirait sur l'amarre avant, le vent éloignait le bateau du mur et je n'ai pas pu attraper l'amarre. Le bateau s'est mis en diagonale et j'ai dû reprendre toute la manœuvre pour le coller au mur. Nous prenions de l'expérience.

 

Porte de l'écluse #2 du canal Érié

 

ARRIVÉE À WATERFORD:

 

La veille, nous avions jasé avec deux capitaines qui remontaient le canal. Ils nous ont parlé de Waterford et entre autre qu'il y avait un Price Chopper (genre de gros Maxi) qui disposait d'un quai sur le canal. Évidemment, Hélène était à l'affût et on a vu un quai en métal tout neuf avec une bâtisse (vue de derrière) sur la terre. Je regarde aux jumelles et en effet c'est le Price Chopper. Je fais demi-tour et une approche très lente en surveillant le sondeur. Malgré les 8 pieds que j'ai vus, nous avons amarré en douceur dans 10 pieds d'eau et sommes allés faire notre épicerie. Le panier plein de victuailles pouvait être déchargé juste à côté du quai. Quel bon service aux navigateurs.

 

Nous sommes ensuite repartis pour se rendre au quai public de Waterford qui donne les services gratuitement. C'était bondé, mais on a vu une place de libre pour notre petit 30 pieds.  Aussitôt amarré, un employé vient nous prévenir que c'est le quai de service pour le pump out. Voilà pourquoi il était libre. Puisque c'est presque l'heure de la fermeture, il accepte qu'on y reste pour la nuit à condition de changer de place le lendemain. Nous avons bien dormi à part les petites odeurs de fosse sceptique.

 

 

Quai où L'Interrompue est amarré à Waterford

 

Salut !



23/08/2010
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres