Notre voyage en voilier

Notre voyage en voilier

2010-08-16 - C'est pas une question de pied marin.

JOUR 42 VERS LES BAHAMAS : Départ de Burlington – Vermont –Lac Champlain

Lundi le 16 août 2010 - Température 30oC –  Orage violent en matinée, ensoleillé en après-midi Vents sud-ouest à 20 nœuds, moutons blancs sur le lac.

Bonjour, c’est la  mousseline qui vous parle J.

La nuit dernière a été houleuse, le vent soufflait fort et les vagues nous ont bercés toute la nuit ;  Aller à la toilette devenait laborieux, du moins pour l’équilibre.  C’était une répétition des conditions de la veille. Heureusement, L’Interrompue était bien attaché au mouillage sur coffre à Burlington.    À cause des vents forts, nous sommes restés deux jours de plus que prévu. 

Couché, tout va bien, je me sens comme dans l’utérus de ma mère, bien au chaud à me faire bercer ; mais debout, c’est une autre histoire.  Debout à 9 heures (je sais, encore la grasse matinée) :   À peine levée, j’ai la nausée tellement le bateau bouge.  Je sors dehors pour prendre l’air.  Le temps est à l’orage et il vente à écorner les bœufs, comme hier.   

Selon les dires, pour éviter le mal de mer, il faut s’assurer d’avoir les quatre « F ».  (1) Éviter la FATIGUE : j’ai 10 heures de sommeil derrière la cravate, presque 11 et un début de plaie de lit J, donc je suis correct, (2) Être en confiance, sans FRAYEUR : mon Capi veille et L’Interrompue va bien ; (3) Ne pas avoir FROID : je m’habille donc chaudement avec un gros chandail, mon habit de pluie, bottes et bas de laine ; je suis à la chaleur ; et (4) avoir l’estomac plein, ne pas avoir FAIM :  Vu qu’à l’intérieur j’ai la nausée, Réjean s’affaire à la cuisine et il prépare mon déjeuner pour emplir mon estomac (pis j’ai pas faim, mon estomac est à l’envers).  Donc, les quatre « F » sont sous contrôle.  Pourquoi donc est-ce que j’ai encore la nausée ???  Peut-être qu’il manque un cinquième « F » à la liste ?  Je rajouterais volontiers « FOUTU GROS VENTS QUI LÂCHE PAS ».  Toujours est-il que je me fais brasser depuis deux jours entiers, incluant les nuits.  Mon corps en a probablement marre !

Je demeure donc dehors et je ne  file pas pantoute.  Mon Capi m’apporte mon déjeuner : un jus d’orange, un sandwich aux tomates grillées et un café.  J’ai juste le temps de finir que je me fais poivrer par l’orage, et ça tombe en titi.  Réjean lui, il fait mes tâches à l’intérieur, comme si rien n’était (la vaisselle et le petit ménage)  Après 30 minutes, le ciel est à nouveau dégagé et la température grimpe à 30oC, beau soleil et ciel bleu.  Mais, le foutu vent est encore là et les vagues aussi. 

La nausée est moins forte mais pour finir de me guérir, nous partons à terre faire de l’Internet à la marina et partons ensuite marcher en ville faire l’avitaillement car selon la météo maritime, les vents diminueront beaucoup et nous pourrons enfin partir ! 

À 17h45, de retour sur au bateau, nous quittons le « mooring » de Burlington pour de bon.  Après plus de 8 jours ici, il est grand temps que nous allions voir ailleurs.  Nous dormirons donc à l’ancre, sous un ciel étoilé, dans la petite baie près de Shelburne à 45 minutes de Burlington.  Enfin, demain matin, nous partons pour West Port, dans le sud du Lac Champlain, une navigation d’environ quatre heures. 

Croyez-le ou non, la nuit est étoilée et il n’y a pas un souffle de vent J ! 

À bientôt !

 

 



17/08/2010
11 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres